Propos diffamatoires et colportés au sujet de la Nouvelle Tradition Kadampa

Category:
Nouvelle Tradition Kadampa | Ordination | Organisation | Financement | Enseignants | Enseignements | Autres

Propos colporté : la NKT est une secte

La vérité : La NKT n'est pas une secte mais une tradition bouddhiste mahayana. La définition d'une secte du "Chambers Dictionary" est une "religion non conforme ou fausse". Puisque la NKT suit uniquement les enseignements mahayanas des grands maîtres bouddhistes Atisha (982-1054) et Djé Tsongkhapa (1357-1419), qui remontent à Bouddha Shakyamouni lui-même (500 avant JC), elle n'est ni fausse, ni non conforme.

Son Règlement intérieur, qui contient de nombreux points sur le comportement, l'élection et la révocation des administrateurs, des enseignants et des directeurs spirituels, permet également de nous protéger contre tout comportement extrême et ont force exécutoire.

Propos colporté : la NKT est sectaire

La vérité : La NKT n'est pas sectaire parce que nous respectons toutes les religions et le droit des autres à choisir ce qu'ils veulent pratiquer, pendant nous pratiquons les enseignements de notre tradition mahayana.

La NKT-IKBU étudie et pratique sa propre tradition avec pureté, mais respecte sincèrement les autres traditions spirituelles. Ce point est inclus dans l'un des articles du Règlement intérieur de la NKT (article 7,3 d'"Un guide pour la discipline morale - le règlement intérieur de la NKT-IKBU" 2007).

La NKT-IKBU étudie pratique sa propre tradition avec pureté, mais respecte sincèrement les autres traditions spirituelles. Ce point est inclus dans l'un des articles du règlement intérieur de la NKT (article 7,3 d'“Un guide pour la discipline morale - le règlement intérieur de la NKT-IKBU” 2007).

Propos colporté : la NKT dit qu'elle est la seule tradition à avoir un dharma pur

La vérité : Ce n'est pas vrai. Guéshé Kelsang a dit que le dharma pratiqué dans la NKT est pur parce qu'il vient des enseignements de Djé Tsongkhapa. Cependant, cela ne veut pas dire que la NKT est la seule tradition bouddhiste pure ou que les autres traditions n'ont pas un dharma pur.

Qu'est-ce qu'un dharma pur ? Selon la tradition de Nalanda : "Le dharma est pur s'il révèle une voie complète qui mène à l'illumination, présente chaque point de manière correcte et provient d'une lignée ininterrompue depuis Bouddha Shakyamuni."

N'importe quelle tradition bouddhiste qui possède ces caratéristiques a un dharma pur, et pas uniquement la NKT.

Propos colporté : la NKT pratique le culte d'un esprit

La vérité : Dans la NTK, pas une seule personne ne pratique le culte d'un esprit. Suggérer que cela existe est une manière de penser sans fondement,superstitieuse, et blessante.

Certains suggèrent que les étudiants et les enseignants de la NKT sont si stupides qu'ils ne savent même pas qu'ils vénèrent un esprit, mais pensent au lieu de cela qu'ils s'en remettent à un bouddha. Ce point de vue condescendant est une preuve d'ignorance.

Comme dans toutes les traditions bouddhistes, les objets de refuge pour les pratiquants de la NKT sont Bouddha, le dharma qu'il a enseigné, et la sangha (communauté spirituelle) qui pratique ses enseignements. Au début de toutes les séances d'enseignement et de méditation, nous récitons "La prière libératrice", ou louanges à Bouddha Shakyamouni, composée par Guéshé Kelsang. En tant que bouddhiste, nous ne prenons jamais refuge en d'autres objets en dehors des trois joyaux : Bouddha, le dharma et la sangha.

Propos colporté : la NKT demande à ses étudiants de rejeter le Dalaï Lama (et d'autres traditions)

La vérité : Ce n'est pas vrai. Aucun enseignant de la NKT n'a jamais demandé à ses étudiants de rejeter le Dalaï Lama ou d'autres traditions. Nous ne rejetons pas le Dalaï Lama, c'est lui qui nous a rejeté ! Il  nous a critiqué férocement dans un article paru dans Newsweek il y a dix ans et il a également déclaré qu' « aucun pratiquant de Shougdèn ne peut être mon ami ». Il ne permet pas aux pratiquants de Dordjé Shougdèn d'assister à ses enseignements. Guéshé Kelsang dit souvent que chacun est libre de choisir et de pratiquer ce qu'il souhaite. Cependant, une fois que nous avons choisi notre tradition et notre guide spirituel, il nous conseille de nous en remettre à eux, tout en continuant de toujours respecter et apprécier les autres traditions, bouddhistes et non-bouddhistes.

Propos colporté : la NTK est en opposition avec Rimé

La vérité : « Rimé » est le mouvement « non-sectaire » au sein du bouddhisme tibétain. La NKT non plus n'est pas sectaire. Le vrai sens de « non-sectaire », est de respecter les autres traditions et de s'abstenir de les critiquer. Dans ce sens, la NKT n'est pas sectaire.

Le Dalaï Lama dit que pour être non-sectaire, il faut recevoir et pratiquer les enseignements de toutes les traditions du bouddhisme tibétain. Parce que la NKT ne le fait pas, elle est souvent critiquée à tort comme étant «sectaire» et en opposition avec  Rimé.

Comme cela a déjà été expliqué ci-dessus, la NKT estime que la méthode la plus efficace pour obtenir des réalisations spirituelles est de pratiquer une seule tradition avec pureté, sans la mélanger à d'autres. Tout comme ceux qui le souhaitent peuvent mélanger les traditions sans être pour autant critiqués, nous aussi, nous devrions avoir le droit de pratiquer une seule tradition sans pour autant faire l'objet de critiques.

Propos colporté : Dordjé Shougdèn est la pratique principale de la NKT

La vérité : Comme pour toutes les traditions Bouddhistes, la pratique principale de la NKT est de prendre refuge en les trois joyaux : Bouddha, le dharma et la sangha. Comme pour toutes les traditions bouddhistes mahayanas, la pratique principale de la NKT est également de générer la bodhitchitta. Parce que les pratiquants de la NKT suivent également la voie tantrique selon les instructions de Djé Tsongkhapa, nous nous en remettons au gourou (le guide spirituel), au yidam (la déité tantrique personnelle) et au protecteur afin d'exaucer notre souhait de bodhitchitta, atteindre l'illumination. Ils sont les manifestations des trois joyaux comme l'a expliqué Djé Tsongkhapa.

Notre principal Protecteur du dharma est le bouddha de la sagesse, Dordjé Shougdèn. Nous nous en remettons également à d'autres protecteurs du dharma, tels que Paldèn Lhamo, Mahakala, Kinkara et Kalaroupa.

Bien que s'en remettre à Dordjé Shougdèn est très important pour ceux qui cherchent à préserver la tradition pure de Djé Tsongkhapa, en particulier la lignée orale Gandèn, il ne s'agit pas de la pratique principale de la NKT.

Propos colporté : la NKT pratique le culte de la personnalité de Guéshé Kelsang

La vérité : Il est intéressant de constater que jamais personne n'accuse les disciples du Dalaï Lama de pratiquer le culte de la personnalité du Dalaï Lama, alors que celui-ci est bien plus vénéré et adulé que Guéshé Kelsang et personne n'y trouve rien a redire. En fait, on pourrait même dire que le Dalai Lama a passé les vingt dernières années à developper ce culte.

Dans l'un des derniers films consacré au Dalai Lama, The Unwinking Gaze, le Dalai Lama dit que, lorsqu’il mourra, un grand nombre de Tibétains mourront aussi et que certains iront même jusqu'à se suicider. Il serait impensable que Guéshé Kelsang tienne de tels propos.

Le dernier livre de Robert Thurman sur le Dalaï Lama est un superbe exemple de l'idolatrie que le Dalaï Lama insuffle ; d’ailleurs on peut y voir une photo du Dalaï Lama en Avalokiteshvara à 1000 bras.

En revanche, Guéshé Kelsang ne s'est jamais auto-promu au rang de personnalité. Il est très humble et auto-critique, et il attribue tout le succès de la NKT à son guide spirituel, Tridjang Rinpoché, ainsi qu’aux bénédictions de Djé Tsongkhapa. Il ne se mentionne quasiment jamais.

Propos colporté : la NTK pense que toutes les autres traditions bouddhistes lui veulent du mal

La vérité : Ce n’est pas vrai. De manière générale, nous entretenons de bonnes relations avec les autres bouddhistes qui ne sont pas influencées par la politique du Dalaï Lama et qui ne le considèrent pas comme leur leader politique et religieux, par exemple, les bouddhistes Théravada, les Amis de l’Ordre Bouddhiste Occidental et ainsi de suite.

Cependant, il y a des preuves solides que d'autres traditions bouddhistes tibétaines, qui suivent la politique et les propos du Dalaï Lama, ont entrepris de diffamer la NTK et de nuire à son développement. Nous avons des centaines de témoignages d’enseignants et de pratiquants de la NTK qui prouvent que leurs centres et leurs activités ont été entravés, par la FPMT entre autres.

Propos colporté : la NKT ne vend que les livres de Guéshé Kelsang

La vérité : Les Éditions Tharpa ne vendent au grand-public que les livres de Guéshé Kelsang mais il n'y a rien de mal à cela. Pour le pratiquant kadampa, ces livres contiennent tous les enseignements nécessaires pour atteindre l'illumination et ils constituent la fondation des programmes d'étude de la NTK.

Chaque livre contient un commentaire du texte racine de Bouddha Shakyamouni, de Djé Tsongkhapa ou d'un autre grand maître bouddhiste accompli. Par exemple, Océan de Nectar contient la traduction du texte intégral racine Le Guide du chemin du milieu écrit par Tchandrakirti. La Compassion universelle contient le commentaire de Guéshé Tchékhawa sur Les Sept points de l'entraînement de l'esprit, et Huit étapes vers le bonheur est un commentaire des Huit versets de l'entraînement de l'esprit écrit par Guéshé Langri Tangpa.

La plupart des livres sont structurés selon les écritures du dharma parce qu'ils sont basés sur les grandes lignes des textes écrits par Djé Tsongkhapa et ils contiennent un grand nombre de citations des écritures bouddhistes ainsi que des références d'autres textes bouddhistes. En résumé, ces livres contiennent les enseignements authentiques de Bouddha et d'autres grands maîtres bouddhistes très accomplis. Ils ne sont pas une création nouvelle, ni le travail exclusif de Guéshé Kelsang.

Propos colporté : la NTK se maintient volontairement à distance des autres traditions bouddhistes

La vérité : Ce n’est pas vrai. Par contre, il est vrai que les autres traditions et unions bouddhistes ont rejeté la NTK.

En suivant le point de vue du Dalaï Lama, plusieurs groupes bouddhistes associés au Tibet nous ont tenu à l’écart au cours de ces dix dernières années. En fait, c’est le Dalaï Lama qui ne veut rien avoir à faire avec nous et non la NTK qui ne souhaite pas être en bon terme avec la communauté bouddhiste tibétaine.

L'Union Bouddhiste de France (UBF) a refusé l'adhésion de la NKT, sans donner aucune raison. La NKT remplie toutes les conditions pour faire partie de l'UBF. Sa demande d'adhésion n'a donc aucune raison d'être refusée (voir la page Derrière les mensonges pour plus de détails).

Suite aux récentes actions judiciaires et aux manifestations pacifiques organisées par la Western Shugden Society (WSS) à l’encontre de l’interdiction de Dorjé Shougdèn par le Dalaï Lama, l’Union Bouddhiste Britannique (NBO : Network of Buddhist Organization) a menacé d’exclure la NTK de son organisation du simple fait qu’il y ait des membres de la NTK au sein de la Western Shugden Society.

Consultez les sites www.WesternShugdenSociety.org ou www.WisdomBuddhaDorjeShugden.org pour plus d'informations.

Propos colporté : la NKT est un groupe dissident des principales traditions du bouddhisme tibétain

La vérité : Certaines personnes disent que la NKT s'est séparée du Dalaï Lama, mais le Dalaï Lama est le chef politique des Tibétains en exil et il n'est à la tête d'aucune des quatre écoles du bouddhisme tibétain, ni du bouddhisme mahayana en général. Donc, c'est impossible de se séparer de lui. Bien qu'il soit considéré comme l'incarnation de la religion et la politique, ou roi-dieu, par de nombreux Tibétains, il n'est pas le chef spirituel de tous les Tibétains, ni celui de tous les bouddhistes mahayanas, ni celui de la NKT.

Aussi, un principe essentiel du bouddhisme mahayana est que chaque pratiquant est libre de choisir son guide spirituel, ou chef spirituel. Il n'existe pas de pape du bouddhisme.

Propos colporté : la NKT est élitiste et n'est pas ouverte aux autres traditions

La vérité : La NKT favorise une voie traditionnelle plutôt qu'une voie "élitiste". Nous ne disons jamais que notre tradition est la seule tradition pure, ou qu'elle est mieux que toutes les autres.

En juin 2008, Guéshé Kelsang a dit :

“Le point de vue de la NTK est de respecter toutes les autres traditions bouddhistes ainsi que les autres religions, et nous nous réjouissons de leurs activités vertueuses et bénéfiques. Toutefois, nous n'accordons pas d'importance à l'étude de toutes ces différentes traditions, au même titre que l'étude de la religion n'a aucune importance dans une école scientifique. De même dans une école de médecine, l'architecture ne fait pas partie du cursus. Néanmoins, nous donnons beaucoup d'importance au respect qui est dû à toutes les autres religions, et si les personnes le désirent, elles peuvent également les étudier.”

Propos colporté : la NKT a une propagande agressive et fait du prosélytisme

La vérité : La NKT ne cherche pas à convertir, et de nombreuses personnes qui suivent les cours ne deviennent pas bouddhistes. Les centres kadampas font de la publicité pour leurs cours principalement par le biais d'affiches, d'annonces dans la presse, ou de leur site internet. La motivation est d'offrir aux gens l'étude et la pratique des enseignements de Bouddha, afin de les aider à développer leur sagesse, à cultiver un bon cœur et à maintenir un état d'esprit paisible.

Bouddha lui-même a voyagé de ville en ville pour délivrer les enseignements bouddhistes. Aucune loi ne dit que les centres bouddhistes n'ont pas l'autorisation de se développer.

Propos colporté : la NKT n'est pas acceptée par de nombreux autres groupes bouddhistes

La vérité : C'est la vérité. Au cours des dix dernières années, les étudiants et les centres de la NKT ont, des milliers de fois, fait l'expérience de critiques et de discriminations de la part d'autres groupes bouddhistes, et spécialement des tibétains, dans la vie courante et sur internet.

Les étudiants et les enseignants de la NKT ont été accusés de pratiquer le culte d'un esprit malfaisant, et même d'être des assassins et des nazis. Ils ont été interpellés dans la rue, on leur a craché et crié dessus. On leur a refusé l'entrée dans d'autres organisations bouddhistes tibétaines, on a tenté de les dissuader de fréquenter ou de retourner dans leur centre NKT. Ils ont subi des menaces, en face à face et par téléphone, ont vu des enseignements dans les annexes annulés, leurs centres ont été saccagés, et leur publicité a été arrachée ou effacée. On leur a été interdit d'entrer dans les forums bouddhistes en ligne, tels que E-Sangha.

Propos colporté : la NKT a tort de manifester contre le Dalaï Lama

La vérité : C'est la Western Shugden Society (WSS) qui manifeste contre le Dalaï lama, et non pas la NKT. La WSS est l'union des pratiquants de Dordjé Shougdèn, vivant dans de nombreux pays différents. Elle comprend plus de Tibétains que d'Occidentaux.

Propos colporté : la NKT n'a pas de photos du Dalaï Lama dans ses centres

La vérité : C'est vrai, mais il n'y a pas de mal à cela. Nous n'avons pas de photos du Dalaï lama sur nos autels, car nous ne sommes pas des bouddhistes tibétains et que le Dalaï lama n'est pas notre chef spirituel. Nous n'avons pas non plus de photos de lui dans les halls d'entrée ou ailleurs parce qu'il n'est pas notre chef politique.

Propos colporté : la NKT est une ramification de la FPMT

La vérité : La NKT n'est pas une ramification du FPMT. Ce n'est pas Lama Yéshé, ni Lama Zopa qui ont demandé à Guéshé Kelsang de devenir enseignant résident à l'Institut Mandjoushri en 1977, mais son propre enseignant Kyabje Tridjang Rinpoché (également enseignant de Lama Yéshé).

Cela a été affirmé, en public, à la fois par Guéshé Kelsang et par Lama Zopa. Ce dernier a déclaré que lui et Lama Yéshé voulaient que Guéshé Kelsang soit l'enseignant, mais Lama Yéshé a estimé que cette requête ne serait acceptée que si elle venait de Tridjang Rinpotché. Guéshé Kelsang a déclaré plus tard que, à cette époque, il ne connaissait même pas l'existence de la FPMT et répondait à la demande de son enseignant.

Propos colporté : la NKT est isolée de la majorité de la communauté bouddhiste tibétaine

La vérité : C'est vrai, et c'est parce que nous ne sommes pas bien accueillis par la communauté bouddhiste tibétaine, car nous sommes des pratiquants de Dordjé Shougdèn et que le Dalaï lama a dit : " Ceux qui pratiquent Dholgyal (Shougdèn) ne peuvent pas être mes amis. " Adoptant le point de vue du Dalaï Lama, des groupes tibétains, comme la FPMT, nous ont ostracisés au cours des dix dernières années. C'est le Dalaï Lama qui ne veut pas avoir de rapport avec nous. Ce n'est pas la NKT qui ne souhaite pas être ami avec la majorité de la communauté bouddhiste tibétaine.

Propos colporté : la NKT souhaite nuire et détruire le Dalaï Lama

La vérité : Ce n'est pas vrai. Le Dalaï Lama n'est pas notre ennemi. Porter atteinte à d'autres êtres vivants va à l'encontre des enseignements de Bouddha et de chaque précepte de la tradition kadampa. Nos seuls ennemis sont les perturbations mentales qui se trouvent dans notre esprit, comme l'ignorance, la colère et l'attachement. Les pratiquants de Dordjé Shougdèn, comme ceux de la NKT, demandent simplement au Dalaï Lama de cesser de faire du mal à lui-même et aux autres, en supprimant la liberté religieuse. Nous n'avons jamais exprimé une seule intention malveillante envers lui. Nous lui demandons seulement de pratiquer ce qu'il enseigne (tolérance, respect des différences, unité dans la diversité, etc.) en faisant cesser l'interdiction de la pratique de Dordjé Shougdèn.